Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le fabricant italien d’électroménager Indesit cherche toujours repreneur





Le 21 Janvier 2014, par

Indesit, fabricant italien d’électroménager à la notoriété mondiale est en crise mais ne baisse pas les bras. Depuis plusieurs années elle est en pleine restructuration économique. LE but avoué ? trouer un repreneur et fusionner avec un autre grand nom de l’industrie de l’électroménager. Et cette solution a l’air de marcher car l’entreprise intéresse de plus en plus les géants du secteur.


cc/flickr/Job Meeting
cc/flickr/Job Meeting
Selon les indiscrétions sur le dossier, pas moins de 6 sociétés seraient intéressées par une fusion acquisition avec Indesit. Les six groupes auraient même déjà, pour la plupart, annoncé leurs conditions. Et la Bourse s’enflamme, le titre d’Indesit gagnant 3,51% en ce début de semaine, porté notamment par les indiscrétions sur le dernier des potentiels acquéreurs.

Goldman Sachs, choisie par la famille Merloni propriétaire d’Indesit pour s’occuper de cette transaction, devrait présenter sous peu de temps les 6 repreneurs potentiels qui viennent du monde entier.

Whirlpool, Electrolux, les turques d’Arcelik, les chinois d’Haier et de Midea ou encore Bosch-Siemens. Voilà les noms qui seraient intéressés par Indesit. Et justement Bosch-Siemens, le dernier faisant l’objet des indiscrétions, serait le mieux placé pour récupérer le constructeur italien même si de nombreux analystes estiment que ce soit Electrolux qui sera choisie.

Pour l’instant, les discussions sont en cours et deux rendez-vous importants entre la famille Merloni et Goldman Sachs devraient faire avancer le dossier. Une décision pourrait être prise avant le milieu de l’année courante.

Quel que soit le choix, il est fort probable que l’achat de Indesit soit bénéfique pour les actionnaires puisque les estimations de rachat sont toutes supérieures au prix actuel de l’action en Bourse variant entre une action achetée 10% de plus que le marché à un rachat pour plus de 25% de plus que le prix du marché.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook