Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le groupe Richmont ne vendra pas Lancel





Le 8 Novembre 2013, par

C'était une rumeur qui courait dans les marchés financiers depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois : à cause de résultats quelque peu décevants, le groupe Richmont aurait pu se séparer de la marque Lancel, spécialisée dans les sacs et la maroquinerie. Le directeur financier du groupe a profité de l'annonce des résultats du premier semestre pour élucider la question et faire taire la rumeur.


cc/flickr/Little-Grizzly
cc/flickr/Little-Grizzly

« Cela a plus de sens de la conserver » a déclaré Gary Saage, directeur financier de Richmont en parlant de Lancel lors d'un entretien téléphonique donné à l'occasion de la publication des résultats financiers du groupe pour le premier semestre. Une manière de faire taire des rumeurs qui duraient depuis mai dernier.


En effet, au printemps, Johan Rupert, fils du fondateur du groupe Richmont et président du conseil d'administration, avait déclaré qu'il n'était pas impossible que le groupe se sépare définitivement de ses filiales les plus décevantes. Lancel a de suite fait l'objet des principales spéculations.


Ces spéculations concernant la vente de la marque de maroquinerie dont Richmont a fait l’acquisition en 1997, avaient été renforcées par le départ du chef de la division mode et accessoire du numéro deux mondial du luxe, Marty Wikstrom.


Or, après la publication des résultats du premier semestre de Lancel, qui ont été décevants au niveau du résultat d’exploitation qui a baissé de 1% s'établissant à 1,3 milliards d'euros malgré un bénéfice net en hausse de 10% à 1,18 milliard d'euros et des ventes en hausse de 4% à 5,3 milliards d'euros, les rumeurs se sont encore renforcées.


Mais Gary Saage a bien laisser entendre qu'il n'était pas question de vendre Lancel ni, d'ailleurs, aucune des autres sociétés du groupe. « Richmont est pleinement engagé dans toutes ses marques » a déclaré le directeur financier.


De manière générale, le groupe Richmont a vu toutes ses filiales enregistrer une croissance plus ou moins forte au premier semestre et ce malgré le marché du luxe stagnant.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook