Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les États-Unis approuvent la viande de poulet cultivée en laboratoire





Le 23 Juin 2023, par Aurélien Delacroix

Les États-Unis sont devenus le deuxième pays, après Singapour, à approuver la vente de viande de poulet cultivée en laboratoire. Cette décision pourrait changer la façon dont la viande arrive sur nos tables et représente un pas important vers un avenir alimentaire plus durable.


La viande de poulet cultivée en laboratoire officiellement approuvée

Les deux entreprises de technologie alimentaire basées en Californie, Upside Foods et Good Meat, ont reçu mercredi l'approbation du ministère américain de l'Agriculture pour vendre de la viande de poulet cultivée en laboratoire. Cette approbation fait suite à l'inspection et à l'approbation des systèmes de sécurité sanitaire de leurs infrastructures. Auparavant, en novembre, ces entreprises avaient reçu le feu vert de l'Agence américaine de sécurité alimentaire (FDA).

Le Service fédéral d'inspection sanitaire des aliments (FSIS) a également délivré un avis de conformité à Joinn Biologics, une entreprise qui travaille avec Good Meat. La production de cette viande de poulet est réalisée en cultivant des cellules extraites d'animaux ou d'œufs de poule fertilisés dans des bioréacteurs, où elles sont nourries avec des nutriments similaires à ceux que consommeraient les animaux réels.

Le potentiel de la viande artificielle

« Cette autorisation va fondamentalement changer la manière dont la viande atterrit sur nos tables », a déclaré Uma Valeti, PDG et fondateur d'Upside Foods. Il a également salué cette décision comme « un pas de géant vers un avenir plus durable ». Les produits de ces entreprises seront rapidement disponibles dans plusieurs restaurants. La cheffe française étoilée, Dominique Crenn, a déjà passé une commande à Upside Foods pour son restaurant à San Francisco, tandis que le célèbre chef José Andrés devrait être le premier à proposer la viande de Good Meat dans l'un de ses restaurants à Washington.

Malgré ces progrès, la production de viande en laboratoire reste un processus complexe et coûteux. Contrairement aux substituts de viande à base de plantes, la viande cultivée en laboratoire nécessite un processus de production intensif en énergie et en ressources. Des entreprises comme Bond Pet Foods se sont orientées vers la production de nourriture pour animaux de compagnie à partir de protéines animales créées par fermentation microbienne, ce qui représente un marché potentiellement moins exigeant.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook