Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les chantiers navals de Saint Nazaire en grande forme





Le 10 Mars 2016, par

Il est bien loin le temps où les chantiers navals de Saint Nazaire demandaient à l'État de nationaliser l'entreprise, avec la menace de licenciements par milliers. Aujourd'hui, la société embauche à tour de bras pour faire face à un carnet de commandes qui déborde.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Symbole de cette renaissance, l'Harmony of the Seas, véritable ville flottante, qui pourra transporter 6 700 passagers servis par un équipage fort de 2 000 membres. Le navire, immense, contient rien moins que 16 ponts. Pour achever ce monstre des mers, il a fallu plus de 3 200 ouvriers et… 10 millions d'heures de travail.

Un chantier titanesque pour un bateau qui ne l'est pas moins. STX France, la branche hexagonale du géant coréen de la construction navale, est loin d'en avoir fini avec les projets de grande ampleur : d'ici 2020, les chantiers navals devront avoir construit huit paquebots supplémentaires.

Revers de la médaille, les chantiers de Saint Nazaire sont devenus trop petits pour produire tous les navires potentiels. Il n'est pas impossible qu'une partie du travail soit délocalisé pour faire face à la demande qui s'accroît. Pour parvenir à un tel résultat, les salariés ont accepté de travailler plus longtemps, tandis que l'État a injecté de l'argent dans l'affaire.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook