Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les prix du gaz rebondissent après avoir atteint une baisse continue





Le 22 Mai 2023, par La rédaction

Les prix du gaz ont probablement atteint leur niveau plancher après une période de sept semaines marquée par une baisse continue. Le tarif des contrats à terme a repris du poil de la bête en Europe, des tarifs qui n'avaient pas été vus depuis juin 2021.


Des signes de stabilisation du prix du gaz

Le tarif des contrats à terme du TTF néerlandais, référence européenne, a rebondi vendredi dernier pour atteindre 30,6 euros du mégawattheure (€/MWh). Plusieurs facteurs contribuent à cette baisse des prix du gaz. D'abord, une augmentation des températures dans la région a réduit la demande de gaz, utilisé principalement pour le chauffage. En outre, les niveaux de stockage en Europe sont exceptionnellement élevés pour cette période de l'année. 

Après les tensions en Ukraine et la décision de la Russie de limiter l'approvisionnement en gaz, l'Europe a constitué des stocks conséquents, principalement grâce à des importations massives de gaz naturel liquéfié, en grande partie en provenance des États-Unis. L'Union européenne a même lancé son premier appel d'offres international pour des achats groupés de gaz, cherchant à éviter une situation similaire à celle de l'été 2022 où la concurrence entre États et entreprises avait fait grimper les prix du gaz.

Une situation toujours délicate malgré des signes prometteurs

Les analystes du secteur suggèrent que la reconstitution complète des stocks pourrait être réalisée dès le début de l'été, et prévoient une possible nouvelle baisse des prix du gaz si la production dépasse la demande. Malgré ces signes encourageants, le marché du gaz reste tendu. Des experts mettent en garde contre des risques de chocs de demande que les stocks actuels pourraient ne pas suffire à couvrir, notamment en cas de besoin accru pour produire de l'électricité. 

Des conditions météorologiques extrêmes, comme des chaleurs intenses ou une sécheresse sévère, pourraient gravement affecter la production d'hydroélectricité et les centrales nucléaires, qui dépendent fortement de l'eau pour le refroidissement de leurs réacteurs. Dans un tel scénario, le gaz serait alors la principale source pour la production d'électricité. La répercussion de cette baisse des prix du gaz sur la facture des consommateurs pourrait prendre un certain temps. En effet, certains clients sont toujours liés à des contrats signés lorsque les prix étaient au plus haut.



Tags : prix du gaz

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook