Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nespresso fait une place à la concurrence





Le 17 Avril 2014, par

Nestlé va devoir mettre de l'eau dans son café. Le géant suisse de l'agro-alimentaire a accepté d'assouplir l'utilisation de dosettes de café concurrentes dans ses systèmes Nespresso - une flexibilité qui n'allait pas de soi.


Nespresso est une vache à lait pour Nestlé : le système représente 3,2 milliards d'euros, issu en particulier de la vente de dosettes dont le quart de la production mondiale est absorbée par les consommateurs français. L'Autorité de la concurrence, saisie en 2010 par des concurrents désireux de tirer pofit eux aussi du succès de ces machines à café, a estimé que Nestlé devait leur faire une place.
 
Ces concurrents (Ethical Coffee, Sara Lee, Mondelez et sa marque Carte Noire…) dénoncent ce qu'elles appellent des pratiques d'« éviction » : en liant l'achat de dosettes Nespresso à celui des machines à café de même marque, Nestlé se rendrait coupable de position dominante. Un soupçon encore renforcé par l'élitisme des pratiques commerciales de l'entreprise : si les machines sont disponibles un peu partout, les capsules ne peuvent être achetées que via internet ou dans de rares boutiques.
 
Suite à son enquête, l'Autorité de la concurrence a adressé une série de reproches à Nestlé, et tout d'abord une position de domination double, sur les machines d'une part, sur les dosettes de l'autre. Et l'entreprise ne manque jamais une occasion d'évincer la concurrence, en introduisant par exemple des nouveautés techniques rendant inopérantes les capsules tierces. Nestlé s'adonne aussi parfois au dénigrement des dosettes de la concurrence.
 
Nestlé s'est donc engagé, sur une période de 7 ans, à communiquer à la concurrence les modifications techniques sur ses machines au moins trois mois à l'avance, ainsi que cesser les techniques de dénigrement.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook