Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouvelle aide massive de l'État français pour Air France





Le 7 Avril 2021, par La rédaction

En attendant une reprise du trafic aérien qui s'annonce longue et complexe, l'État est de nouveau au chevet d'Air France avec une nouvelle aide qui recapitalise la compagnie aérienne.


L'État au chevet d'Air France

Air France fait certainement partie des entreprises les plus aidées par les pouvoirs publics depuis le déclenchement de la crise sanitaire. L'entreprise a ainsi reçu 7 milliards d'euros l'an dernier, et en attendant que le trafic aérien revienne à ses niveaux d'avant la pandémie, le gouvernement français fait un nouveau geste d'ampleur. Bruxelles l'autorise en effet à convertir 3 milliards d'euros du prêt d'État en fonds propre, ainsi qu'une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à un milliard d'euros. 4 milliards en tout, ce qui représente « une bonne nouvelle pour Air France et une bonne nouvelle pour tous les Français », a affirmé Bruno Le Maire au micro de France Inter.

Plusieurs conditions ont été posées par Bruxelles pour autoriser cette nouvelle aide publique. « Tant que la recapitalisation n’est pas remboursée à 100%, Air France et sa holding sont soumis à une interdiction de dividendes », explique la Commission européenne qui a aussi exigé que l'aide assurait « une rémunération suffisante à l’Etat français ». Par ailleurs, Air France a dû céder 18 créneaux horaires de décollage et d'atterrissage à l'aéroport d'Orly. 

18 créneaux cédés

La Commission avait demandé 24 créneaux à l'origine, mais finalement le gouvernement est parvenu à réduire cette exigence. « Cela représente 4% des créneaux dont dispose déjà Air France sur Orly, donc vous voyez que c'est raisonnable », précise le ministre de l'Économie. Néanmoins, ces créneaux devront être cédés à des compagnies qui respectent « rigoureusement les règles sociales et fiscales de l'Etat français ». La France monte à 30% du capital d'Air France, contre 14,3% actuellement.

Air France, qui a prévu une perte d'exploitation à hauteur de 1,3 milliard d'euros au premier trimestre, n'est pas sortie de l'ornière mais la compagnie peut compter sur le soutien indéfectible de l'État français. « Ces premières mesures de recapitalisation constituent une étape importante pour notre groupe dans cette période exceptionnellement difficile », écrit Ben Smith, le directeur général de l'entreprise.



Tags : Air France

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook