Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

OCDE : un manque à gagner de 100 milliards de dollars sans taxe mondiale sur les GAFA





Le 12 Octobre 2020, par François Lapierre

L'OCDE met la pression sur ses États membres pour qu'aboutissent les négociations autour d'une taxe globale sur le numérique. Un échec équivaudrait à une perte de 100 milliards de dollars.


Négociations toujours en cours

En discussion depuis de longs mois, le projet de taxe globale qui frapperait en premier lieu les géants du numérique et du web patine au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En cause, la position des États-Unis qui hésitent sur leur engagement : la plupart des entreprises visées par cette taxe sont américaines… L'OCDE s'est donc donné jusqu'à mi-2021 pour aboutir à une proposition commune, un délai supplémentaire sachant que les négociations devaient se terminer en fin d'année. L'épidémie de coronavirus a aussi joué un rôle dans le report du projet.

Pour faire pression et accélérer la cadence des discussions, l'OCDE avance des chiffres. Si la fiscalité mondiale des entreprises du numérique était harmonisée, avec une nouvelle taxe minimum, le produit intérieur brut mondial bondirait de 1,9 à 3,2 %. Cela représente de 50 à 80 milliards de dollars par an, que les États pourraient se partager. Et cela pourrait même atteindre 100 milliards de dollars, si les États-Unis mettent en œuvre une taxe sur les bénéfices des entreprises réalisés à l'étranger.

Jusqu'à 100 milliards de dollars de recettes fiscales

Des sommes importantes, en particulier quand les budgets nationaux sont contraints par les plans de relance. En cas d'échec des négociations, plusieurs pays ont annoncé qu'ils mettraient en place leurs propres taxes. La France, qui a déjà lancé une « taxe GAFA » a proposé que l'Europe se dote d'un tel dispositif. Au risque de se retrouver en porte-à-faux face à une administration Trump qui a la gâchette facile en manière de taxes douanières. L'OCDE a expliqué que « dans le pire des scénarios, ces conflits pourraient réduire le PIB mondial de plus de 1 % ».

Une imposition plus juste des grandes entreprises du numérique est une demande de plus en plus importante des populations. Ces sociétés usent de l'optimisation fiscale autorisée notamment en Europe pour réduire drastiquement leur niveau d'imposition. Des pratiques de moins en moins acceptées et qui démontrent le déséquilibre existant entre les États et des GAFA toujours plus puissants.



Tags : taxe gafa

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook