Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Parmi les annonces d'Emmanuel Macron, une baisse des impôts de 5 milliards d'euros





Le 26 Avril 2019, par Marie-Eve Wilson-Jamin

Dans son allocution jeudi 25 avril, Emmanuel Macron a annoncé une baisse de l’impôt sur le revenu (IR) qui devrait se situer « autour de 5 milliards d’euros ». Reste à savoir comment la financer.


Une baisse des impôts de 5 milliards d'euros

Parmi les annonces les plus attendues d'Emmanuel Macron, jeudi 25 avril, celle concernant les impôts, après les 10 milliards d'euros pour le pouvoir d'achat promis par le président de la République, en décembre 2018. Cette fois, le chef de l’Etat a annoncé une baisse de l’impôt sur le revenu (IR) « autour de 5 milliards d’euros ». Et d'affirmer ainsi : « Il me semble que la meilleure orientation pour répondre aux besoins de justice fiscale n’est pas d’augmenter les impôts de tel ou tel, mais plutôt de baisser les impôts (…), en particulier de toutes celles et ceux qui travaillent, au premier chef des classes moyennes ».

L'objectif est d'alléger la charge fiscale pesant sur les classes moyennes modestes, et réclamé par les Gilets jaunes. Invité sur LCI, vendredi 26 avril, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a souhaité aller plus loin et proposer que « 15 millions de foyers fiscaux puissent être touchés » par ce geste fiscal, soit la quasi totalité de ceux qui paient l’IR (16 millions). Pour ce faire, l'abaissement pourrait également concerner les revenus de la troisième tranche d’IR, imposés au taux marginal de 30 % (pour la tranche de revenus annuels situés entre 27 519 euros et 73 779 euros).

Mais alors, comment sera financé cet allègement ? « J’ai demandé au gouvernement de mettre en œuvre cette baisse d’impôts en la finançant par la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises, la nécessité de travailler davantage et des réductions de notre dépense publique », a poursuivi Emmanuel Macron. En évoquant ainsi les entreprises, le président rassure ceux qui s'inquiétait d'une suppression des niches fiscales concernant les ménages.

Enfin, les parlementaires avaient évoqué en avril une proposition à 1 milliard d’euros, par l’ajout d’une première tranche à un taux marginal plus faible, sans modifier le nombre de contribuables. Pour rappel,  43 % des Français paient aujourd'hui l'impôt sur le revenu. Le gouvernement semblait opter ces derniers jours pour l'ajout d'une ou de deux tranches d'impôt au taux marginal de 5% et/ou de 10%, avant la deuxième tranche actuelle, à 14%. Le chef de l'Etat, lui, n'a pas livré davantage de précisions, assurant être « là pour donner un cap ». Au gouvernement de trancher donc !

Invité sur RTL vendredi 26 avril, le ministre de l'Action et des Comptes publics est revenu sur la baisse d'impôt promise par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse. Gérald Darmanin a donné quelques indications. Cette baisse de l'impôt sur le revenu s'appliquera "dès le mois de janvier 2020" et concernera la classe moyenne. Il a estimé que cette baisse s’établirait "autour de 10%" pour chaque contribuable, "à l'exception des plus riches".



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook