Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de retraite chapeau de Renault pour Carlos Ghosn





Le 3 Avril 2019, par François Lapierre

Carlos Ghosn est privé de retraite chapeau. La direction de Renault a en effet décidé de ne pas verser les 770 000 euros par an de retraite auxquels pouvait prétendre l’ancien président du groupe automobile.


Carlos Ghosn n’en a visiblement pas fini avec les ennuis. L’ancien patron de l’Alliance Renault-Nissan, et ex-président du constructeur automobile français, ne touchera pas de retraite chapeau qui se montait à 770 000 euros par an. L’annulation de cette rémunération intervient après celle de l’indemnité liée à sa clause de non-concurrence de deux ans ; Carlos Ghosn ne pourra pas non plus exercer ses droits sur les actions reçues entre 2015 et 2018. Concernant la retraite chapeau, le conseil d’administration de Renault explique que les conditions de départ de l’ex-président ne correspondaient à « aucun cas d'ouverture du régime de retraite chapeau ».

Autre difficulté pour Carlos Ghosn, les administrateurs de Renault ont recommandé aux actionnaires de ne pas voter en faveur du versement de la partie en numéraire du salaire variable au titre de 2018. Le conseil de l’entreprise estiment que les dépenses engagés par l’ex-PDG étaient « sources de questionnements » en raison de « pratiques contestables et dissimulées ». La direction du groupe craint des atteintes à ses principes éthiques sur la gestion des conflits d’intérêts et la protection de ses actifs.

Un audit commun mené par Renault-Nissan soulève également de « sérieux questionnements » quant à la conformité à l’intérêt social de l’Alliance de dépenses de plusieurs millions d’euros dès 2010. Carlos Ghosn a été arrêté le 19 novembre dernier à l’aéroport de Tokyo, sur la base de soupçons de malversations financières. Il est sorti de détention le 6 mars, mais dans l’intervalle, il a envoyé sa démission au conseil d’administration de Renault le 24 janvier. 



Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook