Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

SNCF : le taux de grévistes au plus bas





Le 28 Mai 2018, par

Le mouvemente social à la SNCF ne fait plus recette. Le taux de gréviste est tombé à son niveau le plus bas depuis le début de la grève par intermittence, début avril.


Avec un taux de gréviste de 13,97%, le mouvement contre la réforme ferroviaire n'a jamais aussi peu engrangé de soutien parmi les cheminots. La grève perlée, entamée le 3 avril, en est à sa 23e journée — la séquence a débuté ce lundi et se terminera demain, mardi 29 mai. Selon les chiffres de la SNCF, le taux de conducteurs en grève est de 49,8%. C'est la seconde fois depuis le début du mouvement que ce niveau passe sous les 50%. Les contrôleurs sont 40,9% à ne pas travailler, et 20,4% pour les aiguilleurs. 

Le précédent taux de grévistes le plus bas datait du mercredi 23 mai (14,22%). Ce nouveau plancher montre que le mouvement s'érode de plus en plus, ce qui explique par ailleurs l'amélioration du trafic sur les rails : deux TGV sur trois, et la moitié des TER et des Intercités sont programmés pour demain mardi. Après des débuts tonitruants, la mobilisation n'a cessé de faiblir à l'exception du « lundi sans cheminots » du 14 mai où le taux de grévistes avait remonté. 

Les annonces du gouvernement, en particulier la reprise d'une partie de la dette de la SNCF (35 milliards d'euros, en deux temps), sa fermeté sur les points clés de la réforme et la durée du mouvement auraient bel et bien eu les effets escomptés sur la mobilisation. La grève perlée doit cependant se poursuivre jusqu'au 28 juin, des syndicats ont même émis la possibilité qu'elle se poursuive au-delà : une perspective qui n'est « pas imaginable », selon Guillaume Pépy le patron de la SNCF.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook