Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

T-Mobile et Sprint renoncent à leur mariage





Le 5 Novembre 2017, par

C'est non… une fois de plus. Les deux opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont renoncé à une fusion qui aurait permis de créer un nouveau géant des télécoms aux États-Unis. Un projet épineux dans un pays où la concurrence sur le mobile reste faible.


Sprint cherche depuis des années un moyen de redresser la barre. Le plus petit des quatre opérateurs américains nationaux est la propriété du japonais Softbank. Quant à T-Mobile, troisième derrière Verizon et AT&T, c'est l'émanation de Deutsche Telekom. Malgré leur volonté de se rapprocher (ensemble, les deux opérateurs comptent 130 millions de clients), personne ne voulait céder trop de contrôle à l'autre sur leurs actifs respectifs. Résultat : la fusion a capoté.

Toutefois, l'annonce conjointe de l'arrêt des négociations entre les deux groupes laisse une porte ouverte à des discussions ultérieures, si jamais le dialogue devait reprendre. Pour le directeur général de Sprint, ce rapprochement se justifie au vue des économies d'échelle qu'il serait possible de réaliser à deux. Son homologue de T-Mobile a mis en avant les bénéfices d'une telle fusion. Mais aucune des deux entreprises ne souhaitait aller trop loin au niveau des conditions « mutuellement acceptables ».

Le maintien de quatre opérateurs aux États-Unis est une bonne nouvelle pour les consommateurs américains qui vont donc continuer à profiter de la concurrence entre les différents groupes. Même si dans les faits, cette concurrence est bien moins forte que celle que l'on connait en France, par exemple. Cela ne s'arrangerait pas avec un acteur en moins.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : téléphonie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement