Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Transport aérien : la polémique sur les vols à vide enfle en Europe





Le 10 Janvier 2022, par Aurélien Delacroix

C'est un véritable bras de fer qui oppose les compagnies aériennes à la Commission européenne. Les transporteurs font actuellement voler des avions à vide pour pouvoir conserver leurs précieux « slots » dans les aéroports européens. Une pratique qui n'a pas lieu d'être, selon Bruxelles.


18.000 vols fantômes

La déclaration du patron de Lufthansa continue de faire réagir partout en Europe. Avant Noël, Carsten Spohr avait expliqué qu'en raison de la demande faible en janvier, la compagnie aérienne allait devoir réduire le nombre de ses vols, mais qu'elle allait tout de même effectuer 18.000 vols « inutiles en plus » cet hiver. Dans un contexte de lutte contre les réchauffements climatiques, faire voler des avions à vide est une aberration environnementale, mais voilà : les transporteurs n'ont pas le choix s'ils veulent conserver leurs « slots ».

Ces « slots », ou créneaux horaires précis, sont indispensables pour faire décoller et atterrir des avions dans les aéroports européens. Si une compagnie aérienne n'occupe pas 80% d'entre eux, alors les créneaux sont redistribués à la concurrence. C'est la règle du « use it or lose it », qui a été suspendue en mars 2020, en raison de la crise sanitaire et des restrictions dans les transports aériens.

Clause de non utilisation des créneaux

Devant la reprise du trafic visible, Bruxelles a remis en place la règle des slots en mars 2021, avec un seuil d'utilisation à 50%. Mais c'est déjà trop pour les compagnies aériennes, car la pandémie est loin d'être terminée : la cinquième vague frappe d'ailleurs fortement l'ensemble du continent. D'où la nécessité des « vols fantômes » pour les entreprises du secteur.

Toutefois, les choses ne sont pas aussi tranchées. Ainsi, ACI Europe, qui regroupe les aéroports européens, a rappelé qu'il n'y avait aucune raison de faire voler des avions à vide grâce à une clause de « non utilisation justifiée des créneaux ». La Commission européenne l'a étendue le 15 décembre dernier. Une disposition qui couvre les interdictions de voyager, les restrictions de déplacement, les mesures de quarantaine ou d'isolement ayant une incidence sur la viabilité ou la possibilité de voyager.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook