Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un deuxième jour férié pourrait être travaillé pour financer la dépendance





Le 13 Avril 2018, par Marie-Eve Jamin

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, veut créer une deuxième journée de solidarité. Comme un deuxième lundi de Pentecôte travaillé pour financer la dépendance des personnes âgés et des handicapés.


Instaurer une deuxième journée de solidarité

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé jeudi 12 avril travailler à une piste pour financer la dépendance des personnes âgés et des handicapés. Elle a ainsi évoqué l’idée d’instaurer une deuxième journée de solidarité. Après le lundi de Pentecôte travaillés, transformer un deuxième jour férié en jour parfois travaillé serait un système à l'étude. Les salariés travaillent un jour, mais sans être payés. 

L’employeur verse l’argent à la caisse de solidarité pour l’autonomie qui aide les maisons de retraite à se moderniser, à financer des heures d'aide à domicile pour les seniors ou encore à payer des dispositifs en faveur des handicapés. Et cela tombe le lundi de Pentecôte, même si depuis 2008, les entreprises peuvent choisir le jour, et que certains employeurs ont décidé d'offrir à leurs salariés cette journée. Pour rappel, la première journée de solidarité a été mise en place il y a 14 ans par Jean-Pierre Raffarin quand il était Premier ministre. Il l’avait instaurée, suite à la canicule meurtrière de l’été 2003. La journée de solidarité a pour objectif de favoriser l'autonomie des personnes âgées et handicapées.

Près de 30 milliards d’euros ont été récoltés depuis 2004

En définitive, les entreprises doivent reverser 0,3% de leur masse salariale. La contribution de solidarité pour l'autonomie touche également la fiscalité du capital (comme les actions en bourse, par exemple) mais pas le Livret A. Depuis 2013, les retraités imposables y sont également assujettis. Au total, depuis 2004, près de 30 milliards d’euros ont été récoltés. Et en 2017, 2,4 milliards d'euros qui sont entrés dans les caisses. Une deuxième journée rapporterait beaucoup et rapidement, le tout sans augmenter les impôts. Mais elle créé la polémique puisqu'il existe des exceptions comme les professions libérales.

Pourtant cette deuxième journée paraît indispensable. L'espérance de vie s'allonge et les personnes entre 80 et 85 ans sont de plus en plus nombreuses. C'est l'âge moyen auquel on entre en établissement médicalisé. D'après les dernières données de l'Insee, il y en a plus de deux millions en 2015 et, selon les prévisions, il y en aura cinq millions en 2050. Et la perte d’autonomie coûte déjà 30 milliards d’euros par an, soit 1,4 point de PIB. Agnès Buzyn n'a pas encore décidé et souhaite instaurer un débat. Elle a tout de même promis une solution avant la fin de l’année.




1.Posté par lili le 13/04/2018 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas du tout orienté votre article. Puisqu'il paraît que c'est indispensable.
Pourtant, si on cherchait du côté du CICE inutile et qui coûte très cher, de la suppression de l'isf, de la fraude et de l'optimisation fiscale, nul doute qu'il y aurait de quoi financer la dépendance...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"
















Rss
Twitter
Facebook