Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Unhappy hour » : les pubs anglais augmentent le prix de la bière





Le 18 Septembre 2023, par François Lapierre

Certaines chaînes de pubs britanniques ont adopté une stratégie de tarification dynamique, augmentant le prix de la pinte de bière durant les heures de forte affluence. Cette décision, destinée à compenser des coûts en hausse, pourrait cependant éloigner une partie de la clientèle.


Des coûts en hausse répercutés sur les consommateurs

Environ 800 établissements sur les 4.000 appartenant à Stonegate Group, un leader du marché des pubs au Royaume-Uni, ont adopté le « surge pricing », autrement dit une tarification dynamique pour la bière pression. Selon le New York Times, les chaînes Slug & Lettuce et Craft Union de Stonegate proposent des pintes de bière qui sont 20 pence (environ 23 centimes d'euro) plus chères durant des heures spécifiques, généralement le soir et le week-end. Ce n'est pas la première fois que Stonegate recourt à cette stratégie ; des augmentations similaires ont été mises en place pendant les matchs de football qui attirent une grande affluence.

Stonegate, qui a enregistré des pertes de 23 millions de livres sterling (26,76 millions d'euros) au premier trimestre de cette année, justifie cette mesure par la hausse des coûts opérationnels et l'impact de l'inflation sur des postes comme l'énergie. Ce contexte économique difficile a contraint certains pubs à fermer leurs portes. En juillet dernier, le prix moyen d'une pinte de bière blonde pression au Royaume-Uni atteignait 4,31 livres (5 euros), contre 4 livres (4,65 euros) l'année précédente, selon l'Office britannique des statistiques.

« Unhappy hour », l'heure malheureuse pour les consommateurs

Mais cette stratégie comporte des risques. L'augmentation des revenus pourrait être neutralisée par le départ d'une partie de la clientèle, d'autant plus que cette hausse ciblée s'ajoute à une inflation globale du prix de la bière depuis un an. Tom Stainer, le patron de Campaign for Real Ale, une association britannique de consommateurs de bière, a qualifié cette politique de « Unhappy hour », en référence aux « Happy hours » traditionnelles où les prix sont réduits.

Il est à noter que le « surge pricing » est également utilisé dans d'autres secteurs comme la grande distribution. Carrefour, par exemple, avait été critiqué pour avoir augmenté ses prix le dimanche, avant de revenir sur cette décision en début d'année 2023. Alors que la hausse des prix pourrait améliorer la situation financière à court terme pour ces établissements, elle met aussi en lumière un dilemme pour les consommateurs et pourrait s'avérer contre-productive pour les entreprises en provoquant un départ de la clientèle.



Tags : bière

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook