Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vincent Bolloré prend la tête du Conseil de surveillance de Vivendi





Le 24 Juin 2014, par

Après la cession de SFR à Numericable, dans son optique de se recentrer sur son activité de création de contenus et de médias, Vivendi continue sa restructuration en changeant son Conseil de surveillance. Désormais, il sera chapeauté par Vincent Bolloré, principal actionnaire de Vivendi. Une décision qui survient à la suite de tensions entre ce dernier et Jean-René Fourtou qui a rendu sa démission ce mardi 24 juin 2014 dans la matinée.


Vincent Bolloré prend la tête du Conseil de surveillance de Vivendi
La décision était attendue et ne fut pas une surprise. Vincent Bolloré, 62 ans, a été nommé président du Conseil de surveillance  lors de l’Assemblée générale du groupe qui s’est tenue ce mardi 24 juin 2014. D’autres décisions ont également été prises à la direction de Vivendi.
 
Pierre Rodocanachi a été nommé vice-président du Conseil de Surveillance tandis que Jean-René Fourtou a été nommé président d’honneur au titre de son ancienneté. Jean-René Fourtou a été à la tête de Vivendi depuis 2002, soit près de 12 ans.
 
De même, quelques changements sont été effectués au sein du directoire de Vivendi. Arnaud Puyfontaine obtient la charge de président tandis qu’ont été nommés Hervé Philippe et Stéphane Roussel.
 
L’un des premiers grands changements effectués par Vincent Bolloré a été le niveau de sa rémunération. Alors que son prédécesseur, Jean-René Fourtou, touchait 700 000 euros par an, Vincent Bolloré n’a demandé que 400 000 euros par an sous condition de performance.
 
Vincent Bolloré est devenu le premier actionnaire de Vivendi à la suite de la cession des chaînes de télévision D8 et D17 au groupe Canal+. C’est à ce moment-là qu’un conflit entre lui et Jean-René Fourtou avait éclaté concernant la gouvernance du groupe Vivendi.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook