Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vivendi a choisi Numericable pour vendre sa filiale SFR





Le 7 Avril 2014, par

Le câblo-opérateur aura finalement eu gain de cause malgré les diverses tentatives de Martin Bouygues de faire revenir Vivendi sur son premier coup de cœur. Numericable aura réussi son pari de longue date et a mis la main sur SFR devenant ainsi un opérateur complet avec une offre fixe et une offre mobile.


cc/flickr/g4ll4is
cc/flickr/g4ll4is
Numericable avait déjà une offre mobile en utilisant le réseau de Bouygues Telecom. Mais en rachetant SFR, la transaction ayant été validée samedi 5 avril 2014, le groupe dispose désormais de son propre réseau.

Le conseil de surveillance a en effet validé « à l’unanimité » la transaction portant sur la filiale de Vivendi, SFR, pour une valeur de près de 17 milliards d’euros dont 13,5 milliards d’euros au moment de l’opération. Selon les dernières rumeurs concernant l’offre de Numericable, 11,75 milliards d’euros devraient être versés en numéraire.

Vivendi ne sort toutefois pas complètement du secteur des télécoms puisque le groupe, qui désire recentrer sa stratégie de développement sur les loisirs et le divertissement, garde 32% de la nouvelle entité ainsi créée.

Au total, Numericable récupère donc les 26,5 millions d’abonnés de SFR soit 21,3 millions de clients pour son offre mobile et 5,2 millions pour son offre fixe. Numericable, de son côté, ne compte que 1,7 million d’abonnés à son offre fixe. Le nouvel opérateur ainsi créé devient donc le deuxième opérateur français à seulement 1 million d’abonnés de distance de l’opérateur historique Orange qui en comptabilise 29,2 millions entre mobiles et fixe.

La décision de Vivendi pose un problème à Bouygues Telecom qui se retrouve donc en position de faiblesse. Toutefois, la rumeur d’une possible vente de la filière télécoms de Bouygues à Free pourrait se concrétiser dans les jours à venir.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook