Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bayer : 11 milliards de dollars pour régler les litiges autour du Roundup





Le 26 Juin 2020, par François Lapierre

Sans reconnaître sa responsabilité ou ses fautes, Bayer a décidé de verser un montant inédit pour indemniser les victimes américaines de son pesticide Roundup : de dix à onze milliards de dollars.


125.000 plaintes contre le Roundup

L'accord annoncé cette semaine par le géant allemand de la chimie, propriétaire du Roundup depuis l'acquisition de Monsanto, vise à mettre un terme à 75% des litiges concernant le pesticide. Ce dernier concentre 125.000 plaintes au total, enregistrées ou pas devant les tribunaux, déposés par des particuliers américains qui estiment que le produit est responsable de leur cancer. L'entreprise effectuera un paiement compris entre 8,8 et 9,6 milliards de dollars — dont une allocation pour couvrir les cas non résolus — afin de résoudre les litiges en cours. Bayer ajoute 1,25 milliard pour soutenir un accord de classe distinct pour les éventuels litiges futurs.

La somme avancée par le groupe ne signifie pas pour autant qu'il reconnaît sa responsabilité ou sa faute dans ce dossier. Une des avocates des victimes, Jennifer Moore, a expliqué que ce règlement était important pour ses clients, « car il s'agit d'une bataille longue et ardue et il rend justice à nos clients ». Ces onze milliards de dollars sont jugés « financièrement raisonnables » par Werner Baumann, le président du directoire de Bayer. Un contentieux sur plusieurs années ferait en effet courir des « risques financiers importants ». L'accord met ainsi en place un « mécanisme clair » de gestion des risques pour les futurs litiges potentiels.

Deux autres accords transactionnels

Bayer espère également que cet arrangement permettra de renvoyer les débats sur l'innocuité et l'utilité des herbicides à base de glyphosate dans l'arène réglementaire et dans le cadre de la science. Malgré les espoirs de l'entreprise, la controverse autour du Roundup ne devrait pas s'arrêter avec cet accord. Le pesticide est en effet classé comme « cancérigène probable » par l'OMS, tout comme le glyphosate. Ce n'est pas le seul dossier pour lequel le groupe a annoncé des accords transactionnels.

Bayer va ainsi verser 400 millions de dollars concernant le dicamba, accusé de provoquer des dégâts dans les cultures voisines où il a été épandu. Et 650 millions de dollars pour régler le litige des PCB dans l'eau, auxquels s'ajoutent 170 millions pour plusieurs États américains. Selon les analystes, les sorties de trésorerie potentielles ne dépasseront pas 10 milliards de dollars en 2020 et 2021.



Tags : Bayer

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook