Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’indication de la provenance de la viande n’est pas une habitude chez les industriels





Le 8 Février 2016, par

Le scandale des lasagnes à la viande de cheval n’a pas servi de leçon aux industriels du secteur. D’après une étude de l’UFC-Que Choisir, l’étiquetage des produits transformés est largement déficient.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
L’association de consommateurs a vérifié les étiquettes de 245 plats préparés à base de viandes provenant de 13 marques nationales et 7 enseignes de la grande distribution. Les résultats sont sans appel : l’opacité règne. 54% des produits visés n’indiquent tout simplement pas la provenance de la viande.

C’est particulièrement le cas pour les préparations à base de poulet : 74% des produits ne donnent aucune indication du pays d’origine de la viande utilisée. Pour le porc, le pourcentage passe à 57%, et à 30% s’agissant du bœuf. Et selon les catégories de produits, la provenance est plus ou moins indiquée.

92% des sandwichs au poulet n’indiquent pas l’origine de la viande, un pourcentage identique pour les sandwichs au jambon. La moitié des sauces bolognaises « omettent » de préciser la provenance du bœuf… Parmi les marques les moins précises, on trouve Sodebo, Père Dodu et Daunat, chez qui 0% des produits annonce la provenance de la viande.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : alimentation

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook