Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le rosé espagnol « francisé » a coulé à flot en France





Le 9 Juillet 2018, par

Des dizaines de milliers d’hectolitres de vin rosé provenant d’Espagne ont été écoulés sur le marché français avec une étiquette tricolore. Une tromperie sur l’origine de la marchandise d’une ampleur exceptionnelle !


Gare au rosé que vous venez de verser dans votre verre. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a annoncé dans Le Parisien que des millions de litres de vin rosé provenant d’Espagne ont été vendus pour du vin français. Ce sont 70 000 hectolitres de vin, soit l’équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé qui ont ainsi été écoulées en toute illégalité sur le marché hexagonal. 

L’enquête ouverte par la DGCCRF en 2016 et poursuivie l’année suivante a mis au jour une arnaque au rosé de grande ampleur. Les établissements ayant fait passer des vessies pour des lanternes ont employé des techniques de « francisation » des vins : des mentions « Producted in France » ou « Embouteillé en France » étaient mises en avant sur les bouteilles, tandis que les mentions d’origine (« Vin d’Espagne », « Vin de la communauté européenne ») étaient masquées ou peu lisibles. De quoi tromper des milliers de consommateurs... Un bon nombre de cas de « francisation » des vins peuvent faire l’objet de poursuites pénales, prévient la Direction de la répression des fraudes.

Près de 750 établissements ont été contrôlés sur les deux années de l’enquête : en 2016, 22%  de ces derniers, et 15% en 2017 « faisaient l'objet de non-conformités allant de la présentation confusionnelle à la francisation ». Il faut savoir que le rosé espagnol est vendu moitié moins cher que son homologue français. Les quantités de vins écoulés par ces établissements allaient de 2 000 à 34 500 hectolitres. On comprend l’ampleur de la fraude et les montants en jeu, dans un contexte de pénurie de rosé.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : vin

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook