Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Malgré les exigences de Bruxelles, Rome ne change pas son budget





Le 14 Novembre 2018, par La rédaction

Rome poursuit son bras de fer contre Bruxelles. La Commission européenne avait exigé de l’Italie une révision de son budget pour 2019, la demande a été retoquée par le gouvernement populiste de la Ligue et du Mouvement 5 Étoiles.


Malgré une dette colossale qui dépasse les 130% du PIB et un gros trou d’air pour la croissance du pays, le gouvernement italien a décidé de creuser le déficit avec un budget de relance pour l’année prochaine. Selon le projet, le déficit sera de 2,4% du PIB, au lieu des 0,8% promis par le précédent gouvernement. Bruxelles ne l’a pas entendu pas de cette oreille et a sommé Rome de revoir son budget 2019. En pure perte, puisque l’Italie a décidé de ne rien céder.

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre du M5S, a expliqué que le budget ne changerait pas, « ni dans les bilans ni dans la prévision de croissance. Nous avons la conviction que ce budget est celui dont le pays a besoin pour redémarrer ». Il s’engage en revanche à maintenir le déficit à 2,4% pour 2019 (puis 2,1% pour l’année suivante). Matteo Salvini, l’homme fort de la Ligue (extrême droite), estime que ce projet de budget garantit « plus d’emplois, plus de droits à la retraite et moins d’impôts ».

Que Bruxelles apprécie ou pas ce budget, visiblement cela ne modifiera pas l’attitude de Rome, qui entend bien relancer la machine économique de l’Italie avec ce texte contre l’austérité. Cela pourrait cependant provoquer une procédure pour déficit excessif, avec à la clé des sanctions financières pouvant aller jusqu’à 0,2% du PIB, soit 3,4 milliards d’euros. Cela reste néanmoins hypothétique, à quelques mois de l’élection européenne et la mise en place de la nouvelle Commission.



Tags : italie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook