Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Redbull paiera 13 millions de dollars suite à plusieurs plaintes pour publicité mensongère





Le 10 Octobre 2014, par

Le slogan de Redbull fait partie des classiques des années 2010 : « RedBull donne des ailes ». Sauf qu’on ne peut pas le prendre trop à la lettre car, contrairement à la publicité, Redbull ne fait pas pousser des ailes sur le dos de ceux qui en boivent. En mettant en avant des performances sportives accrues à la suite de l’absorption de sa boisson énergétique, Redbull s’est attiré les ires des consommateurs américains qui ont porté plainte.


Shutterstock/EconomieMatin
Shutterstock/EconomieMatin
Deux plaintes distinctes ont été déposées contre la marque qui a finalement décidé de clore le sujet par un accord à l’amiable. Le risque aurait été de voir ces plaintes se transformer en Class Action nationale et risquer de devoir payer bien plus cher. Au final, elle s’en sort bien : 13 millions de dollars qui seront rendus à tout résident américain pouvant prouver qu’il a bu du RedBull entre le 1er janvier 2002 et les 3 octobre 2014.

Les plaintes pour publicité mensongère visaient l’image que transmettait RedBull de performances sportives améliorées. Pour les plaignants, il n’en était rien. Redbull, de son côté, nie avoir menti en mettant en avant des informations fausses, mais annonce que « les bénéfiques physiques » seront désormais avancés avec « des arguments médicaux et scientifiques » à l’appui.

En attendant, quiconque veuille se faire rembourser peut remplir un formulaire en ligne jusqu’au 2 mars 2015. Les remboursements seront plafonnés à 10,25 millions d’euros. Une goutte d’eau dans l’océan des quelques 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2011). Le groupe, qui vend ses produits dans 165 pays dans le monde, a vendu, en 2012, 5,2 milliards de cannettes.

Et grâce à ses exploits marketing, Redbull y consacre 30% de son chiffre d’affaire, dont le plus éclatant a été le saut de Felix Baumgartner en 2012, les ventes ne sont pas prêt de se réduire. 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook