Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Stéphane Richard reste à la tête de l’opérateur Orange





Le 27 Mars 2014, par

Le maintien de Stéphane Richard à la tête de l’opérateur historique n’était pas certain, notamment à la suite des diverses affaires avec lesquelles il a un rapport, mais il semblerait bien parti pour voir son mandat renouvelé. Mercredi 26 mars 2014 il a en effet obtenu l’accord du conseil d’administration, première étape fondamentale pour un renouvellement de mandat officiel.


cc/flickr/orange france
cc/flickr/orange france
Malgré les révélations qui le concernent, notamment sa mise en examen pour « escroquerie en bande organisée » dans le cadre de l’arbitrage Tapie pour la vente d’Adidas – à l’époque il était chef de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre- les résultats de l’opérateur historique auront permis à Stéphane Richard de renouveler avec la confiance des investisseurs.

Une confiance renouvelée, par ailleurs, à une très large majorité et qui ne devrait pas être ébranlée lors de la deuxième étape de la nomination à la tête d’Orange qui se tiendra le 27 mai 2014 lors d’une Assemblée Générale.

Le maintien de Stéphane Richard va néanmoins s’accompagner d’une réorganisation aux plus hautes sphères de l’opérateur historique bien que rien n’ait été encore révélé. Des sources citées par le journal le Figaro font néanmoins état d’un changement de directeur financier. Gervais Pellissier pourrait céder la place à Ramon Fernandez à ce poste et réaliser des missions plus tournées vers l’étranger.

Mais le grand changement auquel devra faire face Stéphane Richard (ou son successeur en cas de coup de théâtre) sera la gestion de la vente de SFR. L’opérateur historique n’a pas pu participer aux enchères de Vivendi pour des questions de concurrence et se retrouvera donc en position difficile.
En effet, si SFR est vendu à Numericable, Orange ne sera plus le premier opérateur de téléphonie fixe de France. Et si SFR est finalement vendu à Bouygues, c’est dans le mobile que l’opérateur historique perdra sa place de leader.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook